As-tu pris la résolution de lire plus la Bible cette année?  Pour la troisième année d’affilée… sans pourtant être optimiste à l’idée de la tenir?  Et si au lieu de la lire, tu l’écoutais?  On a toujours du temps pour écouter une vidéo, un podcast, de la musique, pourquoi pas la Bible?  

À Convergence Québec, on aime bien explorer de nouvelles disciplines spirituelles.  Mais parfois c’est bon de revenir aux disciplines ‘’ordinaires’’ avec un petit twist

La Parole de Dieu pour les Québécois.e.s

La lecture de la Bible fait partie des moyens de grâce essentiels selon Paul Washer dans son livre du même titre.  Et lorsqu’on pense à faire un culte personnel, on pense tout de suite à la lecture des Écritures (et à la prière).  Or les Écritures écrites n’ont pas toujours été disponibles à tous, dans leur langue maternelle et en plusieurs versions.  On vit à une époque privilégiée d’avoir le document entre nos mains, à souligner des versets si c’est notre genre ou à ouvrir une application sur notre téléphone intelligent pour trouver instantanément le verset qu’on cherche.  

Mais il y a quelque chose de spécial à écouter quelqu’un d’autre prêter sa voix aux chapitres de la Bible, teintant les mots de son accent et de son histoire.

Mais il y a quelque chose de spécial à écouter quelqu’un d’autre prêter sa voix aux chapitres de la Bible, teintant les mots de son accent et de son histoire.  Je pense entre autres à Joël K. qui s’identifie au caractère de Pierre et qui nous fait la lecture des épîtres de Pierre.  C’est alors plus facile pour moi, qui suis gênée et réservée, d’imaginer Pierre dans son impulsivité et sa passion.

Quand je me suis portée volontaire pour faire la post-production d’une future Bible audio pour les Québécois, je n’avais aucune idée de la façon dont ça me changerait.  Après tout, c’était juste une autre tâche liée à mon travail.

Mon travail est très technique et répétitif (mais c’est ce que j’aime) et pendant l’heure qui suit, mon attention est sur les vagues créées sur mon écran et à appliquer les bons effets pour que l’écoute soit agréable.  Je suis tellement concentrée que je ne prête pas attention à ce qui est dit jusqu’à ce qu’un mot sorte du lot.  Et c’est toujours les mots les plus choquants qui me sortent de ma concentration.  Et alors je reviens en arrière pour comprendre la phrase et comprendre le contexte, fascinée par le langage utilisé dans certains passages.    

Redécouvrir ces textes que l’on pense connaître

Chaque narrateur est influencé dans sa lecture par son histoire et sa compréhension de Dieu.  Et des détails tout simples comme mettre de l’emphase sur un mot différent de celui que j’aurais choisi permet de mieux comprendre le contexte d’un texte.

Comme Maxime G., narrateur de l’épître aux Colossiens, je ne suis pas une grande fan des livres audio.  Pourtant, j’ai redécouvert un amour pour la Parole de Dieu en l’écoutant plutôt qu’en la lisant.  Chaque narrateur et narratrice est influencé.e dans sa lecture par son histoire et sa compréhension de Dieu.  Et des détails tout simples comme mettre de l’emphase sur un mot différent de celui que j’aurais choisi (de manière inconsciente) permet de mieux comprendre le contexte d’un texte. Mais aussi permet la surprise et développe une nouvelle curiosité pour la Bible.  Je me mets à me demander quels autres détails est-ce que j’ai manqué parce que j’ai l’habitude de lire ce passage d’une telle façon?

Je me souviens quand je faisais la post-production du livre d’Osée, je me demandais pourquoi quelqu’un choisirait de lire ce livre alors que la liste des livres disponibles était encore longue.  Puis d’entendre l’entrevue avec Alexandre L., le narrateur et réécouter le livre d’Osée avec une autre perspective: comme un livre sur l’amour.

Ou encore en éditant le livre de Ruth, je me laissais bercer par la voix de Frédérique C., la narratrice, et emportée dans mes réflexions, je cherchais à comprendre le but du livre.  Certainement, le livre devait avoir un autre message que  »à chaque femme son Boaz », une conclusion qui revient souvent dans les conférences de femmes.  Puis d’entendre la perspective d’une jeune femme sur le livre et d’aller plus loin en voyant comment ce récit nous parle de Jésus.

Régulièrement, ma mentor me demande ce que j’ai lu dans la Bible et ce que Dieu m’apprend.  Je deviens alors souvent pensive, ne me rappelant plus ce que j’ai lu le matin même.  Par contre, je peux lui répondre que je viens de comprendre comment les gens ont compris que Jésus était Dieu par la façon dont il parlait.  Je viens de passer plusieurs semaines sur le premier livre d’Ésaïe, narré par Jeremy F., et bien que je n’ai pas retenu grand-chose, la phrase  »ainsi parle l’Éternel, Dieu des armées » revient tellement souvent que ça avait commencé à me taper sur les nerfs.  Mais j’ai réalisé que les prophètes de l’Ancien Testament, au contraire de Jésus, annoncent toujours que ce qu’ils disent viennent de la part de Dieu, et non d’eux-mêmes.  Jésus ne le fait pas puisqu’il est Dieu, c’est sa parole qu’il déclare.

Une Parole vivante

Plusieurs personnes m’ont dit être hésitantes à faire l’entrevue puisqu’elles n’ont pas étudié en théologie.  Mais c’est ce que je trouve beau de voir des personnes de différents milieux nous partager ce qu’ils ont vécu en lisant le livre qu’ils ont choisis.  Je reviens encore à Frédérique C. qui a aussi lu l’épître à Philémon et qui a tellement à nous apprendre sur interpréter une épître non parce qu’elle a étudié en théologie mais parce qu’elle est archiviste et a l’habitude de travailler avec ce genre de documents. 

Quoique c’est agréable d’avoir des gens qui s’y connaissent en théologie comme Samuel P. qui peut nous expliquer le contexte des livres des prophètes Malachie et Zacharie qui ne sont pas forcément des livres très populaires et étudiés à l’église.

Mais ce qui est le plus fascinant d’une Bible audio, c’est que ça devient vraiment la Parole de Dieu.  Pas juste les mots de Dieu sur une page.  C’est une parole parlée et écoutée. 

Mais ce qui est le plus fascinant d’une Bible audio, c’est que ça devient vraiment la Parole de Dieu, la Parole de Dieu parlée à travers les êtres humains.  Pas juste les mots de Dieu sur une page.  C’est une parole parlée et écoutée.  Et bonus, on n’a pas à attendre d’aller à l’église pour entendre quelqu’un d’autre lire la Bible.

J’entends ma sœur, qui s’est enfermée dans l’atelier-bureau de l’appartement qu’on partage pour narrer un livre (à venir), interpréter la voix de Dieu.  J’entends la colère traverser les murs.  Et puis elle sort pour me dire qu’en lisant ce livre en particulier, elle réalise à quel point Dieu est plein de compassion pour son peuple malgré tout.

Depuis qu’il nous a créés Dieu prend plaisir à collaborer avec nous pour agir et se faire entendre.  Et chaque narrateur et narratrice nous fait le cadeau de la lecture d’un livre à l’image des auteurs de la Bible qui à travers leurs personnalités et style d’écriture ont permis à Dieu de parler à son peuple.  Et qui parle maintenant aux Québécois.e.s aujourd’hui encore.

 

Que tu choisisses d’écouter la Bible du Peuple ou une autre Bible audio, je pense que l’écoute de la Bible est un bon outil à ajouter à ta boîte à outils quand tu cherches à avoir une meilleure compréhension de la Bible et de la foi.  

Je finirai en remerciant chacun des narrateurs et des narratrices qui nous prêtent leur voix et nous partagent un peu de leurs histoires et ainsi nous accompagnent dans notre redécouverte d’un livre tellement important pour notre marche chrétienne.  Merci!

 

Trouve tous les livres bibliques disponibles sur la page de la Bible du peuple.

Pour devenir narrateur ou narratrice: Rempli ce formulaire et dis-nous quel livre t’intéresse.